Jeux Africains de la Jeunesse Addis Abeba au-devant de la scène en 2022

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Ce sont les principales résolutions de la réunion du comité exécutif de l’ACNOA du 29 Septembre 2020 organisée en visioconférence. Les travaux étaient élargis aux honorables membres du CIO et Présidents des commissions statutaires.

A retenir, que les 5emes Jeux Africains de la Jeunesse de 2026 seront organisés par la ville de Maseru au Lesotho. Précédemment retenu pour les jeux 2022, les organisateurs ont exprimé leurs difficultés à tenir leurs engagements aux dates et conditions initialement retenus des Jeux Africains de la Jeunesse.

C’est le résultat d’entretiens contenus qui ont permis de trouver un compromis entre l’ACNOA et le gouvernement du Lesotho.

La décision de report a effectivement été rediscuté de façon conjointe entre le président de l’ACNOA, la Ministre représentante du gouvernement du Lesotho, le CNO et le comité d’organisation du Lesotho.

Les responsables Lesotho, ont fait état de difficultés économiques liées à la pandémie de COVID 19, et n’ont pas pu confirmer leur capacité à organiser les Jeux en 2022.

C’est ainsi que l’éventualité de confier à la ville de Addis Abeba a été envisagée pour abriter l’évènement en 2022.

Cette attribution à l’Ethiopie est décidée par rapport à l’engagement du gouvernement Ethiopien d’accueillir les Jeux dans de très bonnes conditions. Le comité exécutif a approuvé cette proposition à l’unanimité à l’exception du président de la zone 6.  La ville d’Addis Abeba sera soumise cependant à une évaluation de son niveau de préparation et d’organisation par l’entremise d’une visite sur place par une équipe d’experts de l’ACNOA. Un évènement sportif réservé aux athlètes âgés de 15 à 18 ans qui s’inscrit dorénavant comme une manifestation internationale de premier plan.

Les Jeux Africains de la jeunesse se déroulent en effet depuis 2010, à commencer par le Maroc qui a accueilli la première édition, suivie du Botswana en 2014 et de l’Algérie en 2018. Cette dernière s’est positionnée en porte-voix de la jeunesse Africaine et a mis de gros moyens pour la réussite de ces Jeux qui ont atteint les 3500 participants. 

L’Ethiopie remplace donc le Lesotho pour la quatrième édition qui sera plutôt attendu en 2026 pour les cinquièmes jeux africains de la jeunesse à Maseru. Une édition qui il faut le rappeler sera qualificative pour les jeux olympiques de la jeunesse de Dakar au Sénégal.  Ces derniers ayant été reporté du fait de la crise sanitaire liée au coronavirus.

Le Maroc en 2010 avait expérimenté les premiers jeux africains de la jeunesse du 13 au 18 juillet avec la participation de 1000 athlètes de 13 à 17 ans.33 comités olympiques Africains avaient été impliqués sur les 53 existants à cette époque-là et en 2018 l’Algérie a accueilli 54 CNOs participants. Les Jeux Africains de la jeunesse sont une initiative de l’Association des Comités Nationaux olympiques d’Afrique qui ont pour vocation de faire la promotion des talents africains et de la culture continentale.

En 2020 l’ACNOA dans sa nouvelle vision modernisée impulse à travers ces jeux la maitrise par les jeunes athlètes des valeurs de solidarité et de saine émulation qui fonde l’universalité de l’Olympisme. L’objectif de l’attribution des jeux de 2022 à l’Ethiopie permet de ne pas sevrer la jeunesse africaine d’une compétition de grande envergure et de ne pas sombrer dans les dégâts causés par la pandémie à coronavirus.

 Pour Mustapha Berraf Président de L’ACNOA c’est un impératif que de protéger les jeunes athlètes africains en leur donnant l’opportunité de franchir différents paliers sportifs sans difficultés. Les jeux Africains de la jeunesse d’Addis Abeba de 2022 remplissent donc cette vocation à défier la terrible pandémie et à préserver l’espoir en cette jeunesse sportive africaine qui se prépare par ailleurs à braver les Jeux Olympique de la Jeunesse de Dakar 2026.

Le vide est donc comblé et l’objectif de maintenir en éveil les valeurs de paix, de tolérance, de solidarité et de fraternité reste le principe de base à travers des performances sportives qui feront la fierté du continent Africain.C’est toute une génération d’athlètes qui aura ainsi l’occasion de participer à une manifestation d’envergure qui lui permettra de confronter leurs capacités au plan sportif et échanger leurs cultures diversifiées. 

Newsletter